Verein zur Wahrung der Qualität

Aufbereitung von Medizinprodukten

Für den Patient

Pour cabinets médicaux et dentaires

Bonne pratique dans le retraitement des dispositifs médicaux dans les cabinets médicaux et dentaires et auprès d’autres utilisateurs de petits stérilisateurs à vapeur

Les exigences dans le retraitement des dispositifs médicaux au niveau ambulatoire sont devenues, au fil des années, beaucoup plus contraignantes. Beaucoup de besoins thérapeutiques, qui dans le passé étaient reliés à une admission hospitalière, peuvent aujourd’hui être traités ambulatoirement dans un cabinet médical. Le système de santé n’est pas contre les hospitalisations de courte durée, ce qui implique une consultation préliminaire chez le médecin traitant. Les médecins sont dès lors confrontés à de nouvelles situations – par exemple les infections nosocomiales (infections qui se sont produites à l’hôpital) qui auparavant ne se produisaient pratiquement qu’à l’hôpital.

De nouvelles méthodes de traitement innovatives avec des instruments chirurgicaux techniquement complexes (par exemple les instruments pour la chirurgie minimalement invasive CMI) mais aussi les connaissances sur les risques de transmission non microbiennes (Maladie de Creutzfeldt-Jakob) et les exigences grandissantes des patients quant à leur sécurité y contribuent également.

Par la mise en route de la loi sur les médicaments et le décret sur les produits médicaux du 1er janvier 2002 ainsi que le décret de Creutzfeldt-Jacob du 1er janvier 2003 les conditions de retraitement des dispositifs médicaux ont été décidées. La teneur modifiée du décret sur les dispositifs médicaux du 24 mars 2010 est entrée en application le 1er avril 2010. La loi suisse en matière de dispositifs médicaux transmet à l’utilisateur une haute responsabilité, dans laquelle l’objectif et le cadre sont définis.

Le présent document est un condensé d’instructions qui démontre avec quelles mesures pratiques compte tenu de l’état actuel de la technique et de la science, les lois et prescriptions existantes dans le domaine du retraitement des dispositifs médicaux peuvent être respectées. Il ne s’agit pas d’un texte de loi, mais plutôt d’un fil conducteur de recommandations, pouvant également être utilisé pour la formation.

Ce document doit servir de fil conducteur pour un cercle d‘utilisateurs hétérogène – pratiquants généralistes, dentistes, médecins, qui exécutent des interventions chirurgicales ambulatoires, mais aussi pour les podologues, Spitex, institutions de soins et autres. Certaines étapes mentionnées peuvent paraître trop détaillées pour certains utilisateurs, voire même inutilisables dans leur domaine. Ce document est à considérer comme aide permettant de définir les éléments critiques dans son propre domaine de travail et de trouver des mesures adéquates pour améliorer l’hygiène du cabinet. Ces utilisateurs pourront découvrir les éléments importants dans leur propre domaine d’activité et s’équiper et s’organiser en conséquence. Les recommandations des associations de leurs branches ont avantages à être prises en compte. La documentation présente peut aussi servir de preuves dans les cas de conflits.

Par la mise en pratique de ces recommandations, vous contribuez activement en tant qu‘utilisateur à une hygiène de cabinet responsable et par là même à une sécurité accrue pour vos patients, vos collaborateurs et pour vous-même.

LIRE LA SUITE – Vers le PDF